HYPÉRION 

Il  était comme dans une conte, 
Une belle jeune fille,  
Comme jamais on le raconte, 
D'impériale famille. 

Car elle était merveille  blanche 
Et unique rejeton, 
Comme la Vierge entre les anges, 
La lune des constellation. 

Dans l'ombre aux  voûtes majestueuses 
Elle va  d'un pas ardent 
Vers le fenêtre lumineuse, 
Où Hypérion attend. 

Elle le voyait sur les mers 
S'élever brillant là-haut  
Et sur les sentiers solitaires  
Mener de sombres bateaux. 

Elle le revoit chaque jour  
Ainsi s'épanouit son feu 
Lui, la regardant à son tour 
Il tombe d'elle amoureux. 

Comme elle appuyait dans son rêve  
Les tempes sur ses deux mains 
En soupirant pour lui sans trêve, 
Son coeur, son âme sont  pleins. 

Et combien vivant chaque soir  
S'allume-t-il  en effet,  
Quand vers l'ombre du château noir  
Devant lui elle  apparait. 

Doux Hypérion, descend du ciel  
En glissant sur un rayon 
Qu'éclaire ton feu éternel 
Toute ma vie, ma raison!" 

Ô  viens! indicible trèsor, 
Laisse ton monde envié, 
Je suis Hypérion qui t'adore,  
Tu seras belle mari ée. 

- Père, délie-moi  des profondes 
Et lourdes éternités, 
Au long de l'échelle du monde 
A jamais tu seras  loué; 

Mais donne-moi un autre sort, 
Contre n'importe quel  prix, 
Car tu es principe de mort, 
Ainsi que source de vie; 

Reprends de mon regard  l'ardeur 
Mon nimbe qui toujours luit 
Et pour tout  donne-moi une heure, 
Une heure d'amour exquis… 
C'est le hasard qui vous enserre 
Dans votre milieu étroit, 
Mais moi , dans mon grand univers 
Je reste  immortel et froid. 
 
 

*
10th class C
Eforie- Sud High School, Romania
Teachers: Ghita Marcela & Postelnicu Mihaela
*
Home | French