TROISIÈME   LETTRE 

................................................................................ 
-Un  vieillard, oui, Sire, mais  si vous voulez  bien,  
Il  n'est pas un manant, mais prince des Roumains  
Mais je ne voudrais pas que  vous nous connaissiez. 
Ni que le grand Danube avale vos armées 
Beaucoup vinrent içi, depuis cet  hôte inique,  
Ce Darius d'Istaspe dont  parlent les chroniques, 
Sur le Danube on fit,  dans  les temps un grand  pont  
Sur lequel  ont passé  conquérants  d'horizons; 
Des rois qui n'avaient  plus de place dans l'univers 
Tous sont venus chez nous quérir  eau et terre; 
Je ne veux me vanter, ni vous  épouvanter 
Tous se firent terre, eau,  de  leur triste arrivée. 
Vous êtes fier  d'avoir  plongé au noir néant. 
Les superbes armées d'empreurs,  de  vaillants? 
Et fier que l'Occident contre vouz se leva?.. 
Que voulait l'Occident,puorquoi tout son combat 
Ils voulaient arracherb de ton front les lauriers 
La gloire de la foi  cherchaient les chevaliers. 
Moi? Je défends ma terre et les fils de mon pays. 
Tout ce qui bouge içi, hommes, ruisseaux, taillis, 
Tous sont mes bons amis, ennemis envers vous,  
Car tous vous hairont soulevés tout d'un coup, 
L'amour de la patrie est un mûr de granit  
Qui ne craint pas ta gloire, ô fameux  Bayazid! 
............................................................................ 

 

*
10th class C
Eforie- Sud High School, Romania
Teachers: Ghita Marcela & Postelnicu Mihaela
*
Home | French